Développer son don de voyance

Je reste persuadé que nous possédons tous, à un certain degré, un don. Si vous observez un enfant, vous constatez des réactions que vous ne comprenez pas forcément et quelquefois rationnalisez des événements ponctuels, parce que c’est rassurant. Moi-même, je suis tombé dans ce piège. Ma fille, dans sa chambre, fixait souvent le plafond et me montrait du doigt un coin de sa chambre en me disant « Mamie me regarde ». Bien sur, il peut s’agir de son imagination. Personne ne le sait. On peut tirer toutes les conclusions possibles, la vérité est que personne ne sait.

Je vais prendre un deuxième exemple avec ma fille. A l’âge de 2 ans et demi, elle a fait un cauchemar et me disait être recouverte de fourmis. Je l’ai calmée, l’ai rassurée en lui disant que cela n’arriverait pas. Le lendemain, je découvre une fourmi dans mon salon. Puis deux, puis le lendemain une centaine. C’était la fin de l’hiver, j’avais bel et bien une fourmilière dans mon salon (vive la campagne !!!).

Là aussi, deux façons d’interpréter les événements et je ne vous jugerai pas quant à votre position : rêve prémonitoire ou coïncidence ?

Dans ce genre de situation, donc, on va soit se tourner vers le scepticisme, soit aller vers la croyance. Ou comme moi, se rassurer quelquefois en étant sceptique mais en y croyant un peu quand même :-)

Partant de ce fait, de notre enfance à notre âge adulte, nous allons être éduqué soit dans le scepticisme, soit dans le théisme. Dans le premier cas, nous allons généralement brider nos sensations et nos intuitions.

La première clef pour développer un don et de faire table rase de ce que l’on nous a appris. Ce pour quoi on nous a conditionné au travers de notre enfance. J’utilise le verbe « conditionner » mais n’y voyez rien de malveillant là dedans. En tant que parent, nous souhaitons la plupart du temps que notre enfant soit heureux, cela passe forcément par être rassuré et donc trouver des explications logiques à tout. On « achète » un pschit à monstres pour les faire fuir. Non, il n’y a pas de fantômes dans la chambre. Et c’est bien comme ça qu’il faut agir. Par contre, rien n’empêche de les laisser développer leur intuition en les félicitant lorsqu’ils ont deviné un événement.

Il faut donc essayer de retrouver les sensations premières, celles que nous avons bridés au fil du temps. La première solution possible, est la méditation. Apprendre à faire le vide dans le calme absolu. Essayer d’oublier l’extérieur pour retrouver les sensations intérieures. Et surtout apprendre, par le biais de la méditation, à se débarrasser de nos pensées négatives et essayer d’atteindre le plus possible l’objectivité. Ce terme est important car il est nécessaire de réussir à faire le tri entre nos pensées habituelles, notre pessimisme et notre optimisme pour réussir à faire autre chose que de l’interprétation factuelle.

Si je me concentre sur un sujet, par exemple, je vais avoir tendance à le rationnaliser. A être quelquefois emphatique. A profondément vouloir qu’une situation se passe de telle ou telle façon. Beaucoup de voyants ont tendance à deviner les choses parce qu’ils ont de l’expérience et « devine » ce qu’il se passe chez une personne. Or, un don ce n’est pas de l’intelligence. C’est une intuition profonde. Mieux : un ressenti.

Au fil de vos méditations, vous allez apprendre à voir des choses là ou vous ne les voyez pas habituellement. Fiez vous à vos cinq sens. Soyez, à l’aide de ses sens, à l’écoute de votre monde dans toutes les situations. Une de mes méthodes de concentration rapide est justement liée à ces sens. Si j’ai besoin de me concentrer, je prend juste 5 secondes et je me dis : « Qu’est ce que je vois ? Qu’est ce que je sens ? Qu’est ce que touche ? Qu’est ce que j’entends ? »

Vous l’avez compris, développer un don n’est pas si compliqué que cela pour peu que l’on arrive à travailler sur soi. Cela demande juste à être ouvert au monde qui nous entoure. A ne pas chercher des explications rationnelles à tout. Etre capable également de faire preuve d’objectivité quant à nos sensations. Vous n’avez rien à perdre : au mieux vous retrouverez vos intuitions premières, votre instinct d’enfant. Au pire, ce sont d’excellentes méthodes de relaxation !