Pierre Rabhi ou l’aliénation de l’être humain

J’ai découvert Pierre Rabhi lors d’une conférence TedX au mois de Novembre 2011. Je vous invite forcément à chercher cette conférence sur Google pour voir à quel point ce sympathique monsieur est un visionnaire. Alors je ne vais pas étayer ses thèses sur « l’Oasis en tous lieux » mais faire un aparté sur une autre thèse développée par M. Rabhi : celle qui consiste à penser que nous vivons enfermé dans une boite. Boite dans laquelle la société nous a rangé et dans laquelle il est confortable de ne jamais sortir.

La vraie question posée par Pierre Rabhi et qui a conditionné sa vie (et qui pourrait conditionner la votre) est : Voulons-nous subir cette incarcération à vie ou voulons-nous ne pas être déterminé par ce que l’on nous impose ?

Si vous avez encore des doutes sur la réponse, prenez le temps de lister ce qui vous a été imposé tout au long de votre vie.

Il ne s’agit évidemment pas de décider de vivre de façon anarchique car toute bonne société est régie par des lois pour ne pas que ce soit un grand foutoir, mais dans cette liste vous trouverez ce qu’on vous a appris, à tort ou à raison, durant votre enfance, les peurs qu’on vous a imposé (souvent via les médias ou quand cela arrangeaient nos dirigeants politiques), le métier qu’on vous a imposé parce que le système scolaire range les élèves dans des catégories en fonction de ses capacités et non en fonction de ses envies.

A longueur de journée, à travers des publicités, des fausses nouvelles (bonnes ou alarmantes) commandées par des grandes entreprises, du placement de produit, on nous impose un mode de consommation de masse. Aujourd’hui, l’être humain veut se démarquer en étant toujours à la pointe de la technologique. En faisant cela, il fait partie de la masse. Celle qui consomme tout et n’importe quoi. Des petits produits fabriqués à petit prix dans des pays asiatiques et revendus très chers à des consommateurs aliénés.

Je ne critique pas. Je fais partie des moutons. Pour tout vous dire : j’ai mis du temps à comprendre le prix humain d’un gadget qui nous rend totalement dépendant à cette société de sur-consommation. Et j’ai encore du mal à m’en séparer.

Pierre Rabhi nous invite donc ainsi à entrer dans une société de « modération », ce qui me semble être une pas trop mauvaise idée. Et moi je vous invite à chercher ce grand monsieur sur Google ou à acheter ses livres.