La voyance et le cinéma

Depuis La Voyante, mythique film muet produit en 1923 et durant le tournage duquel décéda la toute aussi légendaire Sarah Bernhardt, de nombreux films ont traité de la voyance et de ses implications dans notre quotidien. De fantaisies comiques en thrillers dramatiques, tous les aspects des dons médiumniques ont été traités par les plus grands réalisateurs. D’Alfred Hitchcock à  Clint Eastwood en passant par Woody Allen ou même Didier Bourdon, tous ont abordé le sujet à  leur manière, parfois drôle, souvent bouleversante, toujours intrigante.

Dernier en date de cette série, Au-delà  de Clint Eastwood retrace les destins croisés de trois personnages affectés d’une manière ou d’une autre par la mort et la croyance en un « après » auquel certains dons pourraient nous donner accès. Loin des clichés dénonciateurs, comme pouvait l’être le Madame Irma de Didier Bourdon, Au-delà  est un film d’une grande sensibilité dans lequel Clint Eastwood a refusé de considérer la figure du médium comme une caricature. « Nous essayons de présenter son activité comme légitime, par contraste avec ces exploiteurs de la détresse humaine. à€ chacun de décider ensuite si la voyance peut être considérée comme une pratique fondée » (interview AlloCiné.fr).

Point de départ de nombreuses intrigues policières ou quêtes aventureuses, la voyance joue au cinéma un rôle d’émulateur fantastique, apportant aux récits filmés une touche de mystère et d’ésotérisme qui charme bien souvent les spectateurs même les plus incrédules. Parmi les oeuvres les plus prisées dans ce genre, on compte bien entendu Ghost, fascinante histoire d’amour par-delà  la mort et le drame portée par des interprètes talentueux comme Patrick Swayze, Demi Moore et Whoopi Goldberg. on y découvre cette dernière en arnaqueuse théâtrale stupéfaite de se découvrir un véritable don pour communiquer avec les morts. Si l’histoire d’amour tient le rôle principal de ce film, les double thème de la voyance et des profiteurs d’âmes en peine y est abordé avec une justesse étonnante. Et personne n’a oublié la mythique scène au cours de laquelle le fantôme Patrick Swayze prend possession du corps de la voyante Whoopi Goldberg pour faire ses adieux à  sa femme, la très jeune et ravissante Demi Moore.

Plus près de nous, on a pu voir envahir nos écrans des comédies françaises telles que Voyance et manigance ou encore Madame Irma, deux films véritablement axés sur les arnaques inventées par de pseudos médium exploitant la crédulité des plus démunis pour s’enrichir. Si le sujet est traité avec humour, il n’en reste pas moins grave et très réaliste puisque nombreuses sont les affaires de ce genre dans le quotidien de la justice. L’aspect dénonciateur de ces oeuvres a donc une fonction pédagogique car il ne faut pas oublier que nous ne sommes pas tous égaux devant la conviction dont savent faire preuve les arnaqueurs en tous genres. Fragilisés par la disparition de nos proches, nous n’en sommes que plus sensibles à  certaines manipulations malveillantes.

Si les manières de traiter de la voyance sont multiples au cinéma, le thème principal reste inchangé car fondamental : la communication avec l’au-delà , avec nos disparus. Si c’est souvent le prétexte à  dénoncer des exploiteurs de détresse humaine, c’est également un thème porteur qui nous pose bien des questions. Qui peut affirmer aujourd’hui que les voyants sont tous de sinistres profiteurs ? Il appartient à  chacun de nous de faire des choix et d’aborder avec la plus grande prudence les opportunités offertes de communiquer avec les morts.