La magie blanche au bout de vos doigts

Potion Magie BlancheDepuis l’Antiquité la magie et ceux qui la pratiquent sont un sujet de fascination pour les hommes. Des oracles antiques aux sorciers marabouts d’internet, toutes sortes de théories et de pratiques de la magie ont été tentées et proposées sans pouvoir cependant être jamais scientifiquement prouvées ni expliquées. La pratique de la magie repose en effet sur la croyance que l’esprit humain est tout-puissant sur le monde qui l’entoure et qu’une pensée déterminée, bien orientée et bien concentrée, peut se concrétiser, influer sur les choses et les êtres. Personne ne sait véritablement expliquer la magie, ni même prouver qu’elle est efficace ou non. Les théories sur le sujet sont à  peu près aussi variées que les cultures au sein desquelles elles se développent. Chaque tradition ou culture possède ainsi ses propres définitions des « catégories » magiques. Une distinction récurrente est cependant faite entre la magie blanche et la magie noire.

Déjà  saint Augustin distingue dans la magie une forme « plus détestable », la goétie (sorcellerie), et une forme « plus honorable », la théurgie. Depuis la fin du Moyen à‚ge, vers 1450, les savants posent la distinction entre deux sortes de pratiques, en fonction de leurs buts moraux : la magie noire (« nigromancie ») et la magie blanche (« mageia »). Auparavant on voyait dans chaque magie du mal et du bien.

La magie noire a des effets négatifs du fait même du magicien, de sa personne, et la sorcellerie a des buts consciemment maléfiques et des moyens intentionnellement négatifs (« diabolisme »). Les mages noirs et les sorciers passent pour être néfastes à  la société, ils empoisonnent, ensorcellent, lancent des imprécations, invoquent des diables ou démons, utilisent des figurines d’envoûtement, nouent l’aiguillette (ils provoquent l’impuissance sexuelle), provoquent des sécheresses ou des orages, etc. En 1317, l’évêque Hugues Géraud de Cahors fut condamné au bûcher car il avait essayé de tuer le pape Jean XXII avec des images de cire.

La magie blanche, quant à  elle, concerne une utilisation de la magie à  des fins altruistes, positives ou préventives (« magie bleue »), avec des moyens presque toujours positifs, bénéfiques. Elle guérit, protège, exorcise, renforce, réconcilie. Elle invoque les « esprits bons », Dieu, pas les mauvais démons.

La magie blanche est l’apanage de mages, ou sorciers, qui possèdent de naissance un certain magnétisme, et une grande force d’esprit. Du moins est-ce ainsi qu’ils sont « définis » et reconnus dans les ouvrages consacrés aux magies. Ils doivent être capables notamment de magnétiser une personne à  distance, et sont supposés se préparer longuement à  chaque rituel grâce à  la méditation, à  des purifications du corps et de l’esprit, et par un choix de lieu adapté et spécifique.

Certains rituels et philtres de magie blanche peuvent cependant être réalisés par des « profanes ». on trouve aisément les recettes sur internet pour des philtres d’amour ou de fidélité ainsi que les rituels qui y sont associés.

Les philtres de magie blanche sont des breuvages utilisés dans certains rituels d’envoûtement ou de désenvoûtement. Ils sont indispensables dans les rituels d’envoutement d’amour (retour affectif, fidélité, amitié). Ils renforcent considérablement les effets et les chances de réussite des rituels de magie blanche avec lesquels ils sont associés. Il est préférable de les préparer dans un calice en bois, si cela n’est pas possible, le mettre dans une coupe en cristal, mais pas de verre ou de plastique. Ils sont en principe consommés par la personne effectuant le rituel de magie blanche à  la fin de celui-ci. Les filtres de magie blanche sont composés d’ingrédients courants, faciles à  se procurer, mais il est nécessaire qu’ils soient de la meilleure qualité possible. Hormis ces quelques règles et une préparation rituelle, chacun peut donc se livrer à  des envoûtements de magie blanche.

Les manuels et les guides insistent beaucoup sur la nécessité d’une profonde méditation régulière et d’une prise de conscience accrue des gestes simples et naturels comme la respiration, la marche ou les actes quotidiens. Ces seuls points sont déjà  bénéfiques pour qui souhaite s’initier aux rituels de magie. Bougies, pentacles, incantations et autres rites mystiques sont plus à  prendre comme des traditions folkloriques positives destinées à  apporter de l’apaisement et du courage pour agir par soi-même. C’est pourquoi il est important de ne pas se laisser flouer par certains prétendus mages et pratiquants de l’occulte qui font payer leurs services. La philosophie d’origine des magies quelles qu’elles soient est tout sauf mercantile. Au fil des années, la magie a donné lieu à  bon nombre d’escroqueries en tous genres qui s’appuient sur la vulnérabilité des gens en demande pour leur faire payer des services qui devraient n’être que dons et bonté. Il est donc essentiel de se montrer méfiant avec les charlatans de tous poils qui se proposent de réparer votre voiture par un rituel ou vous assurent le succès professionnel moyennant une contribution financière substantielle

Et vous, comment voyez-vous les magies blanches ?

Source photo: Mario Aguilar – Fotolia.com