EMI: ont-ils vu la mort en face ?

NDE - Le bout du tunnelSujet controversé s’il en est, sur lequel les hypothèses sont pratiquement aussi nombreuses que ceux qui les formulent. Les expériences de mort imminente, ou EMI, peuvent cependant être décrites ainsi : il s’agit d’un ensemble de « sensations » (une expérience donc) vécues par certaines personnes au cours d’une phase de coma avancé ou lors d’un état de mort clinique, avant qu’elles soient réanimées. Ceux qui en témoignent décrivent généralement ce phénomène comme une possibilité que la conscience ne soit pas dépendante du corps mais puisse lui survivre après le décès.

L’invention du terme Expérience de Mort Imminente ou EMI (Near Death Experience) est généralement attribuée à  Victor Egger, psychologue français, dans son ouvrage Le moi des mourants (1895). Mais c’est le psychiatre américain Raymond Moody qui a généralisé l’utilisation de ce terme. Il est considéré comme un précurseur de l’étude des EMI, qu’il a été le premier à  réellement répertorier et décrire selon une approche plutôt spiritualiste de « vie après la vie » (titre de l’un de ses trois ouvrages sur le sujet).

Les récits des patients reprenant conscience après une expérience de ce type Continue reading EMI: ont-ils vu la mort en face ?

La graphologie

GraphologieLa graphologie est une technique qui consiste à  analyser l’écriture d’un individu selon des principes précis, pour en déduire les traits essentiels de son caractère et de sa personnalité. Les débuts de la graphologie sont généralement estimés au début du XVIIe siècle en Italie. Mais c’est en France au XIXe siècle que la technique va être développée sous la forme qu’on lui connaît encore aujourd’hui dans les écrits de l’Abbé Michon et de Jules Crépieux-Jamin. Ce dernier est l’auteur d’un traité très précis de graphologie qui sert encore de nos jours de base de méthodologie, bien que ses analyses, très empreintes de la morale de l’époque, soit sujettes à  interprétation par les graphologues actuels.

Pour l’anecdote, Jules Crépieux-Jamin participa à  l’expertise du billet qui servait de preuve dans l’affaire Dreyfus, et eut à  en subir les conséquences lorsqu’il affirma que l’auteur n’était pas Alfred Dreyfus.
Continue reading La graphologie