Archives pour la catégorie Bien-être

Ne pas attendre des autres plus que ce qu’ils peuvent donner

J’ai mis du temps à le comprendre, mais tout le monde n’est pas psychologue. De même tout le monde n’a pas la même dose d’empathie. D’ailleurs, il parait que l’empathie est génétique. Est-ce que pour autant, je dois juger les autres et leur en vouloir ? Non, c’est plutôt à moi d’essayer de régler mes problèmes en essayant de moins attendre des autres.

Certains pourront vous donner de l’affection, d’autres une réflexion sur vous-même ou sur la vie en général. D’autres encore, vous feront simplement rire et c’est déjà pas mal.

Je ne pense pas qu’il soit bon de se confier rapidement à n’importe qui. Même si quelquefois, vous pouvez trouver cela justifié parce qu’il s’agit d’un membre de votre famille, de votre conjoint(e) ou de votre meilleur ami. Ce genre de « titre » ne créé pas l’empathie et ne confère pas des super-pouvoirs de psy. Vous risquez juste de vous retrouver face à des réponses subjectives ou à une incompréhension qui renforcera votre sensation de solitude.

La psychothérapie est certainement la meilleure solution  lorsque vous en avez vraiment gros sur la patate et que vous ressentez le besoin de vous confier et d’avoir des solutions. Ca ne coûte rien d’essayer. Enfin si, en moyenne 50 euros par séance :( Et la première fois est rarement la bonne.

Bien sûr, cela n’exclut pas d’avoir autour de soi des gens à qui parler, mais vous les aurez auparavant bien étudié. Vous aurez peu de doutes sur leur objectivité et, surtout, leur vision positive de la vie. Ca ne sert à rien de se confier à des gens qui broient du noir ou qui n’ont aucune diplomatie.

Pierre Rabhi ou l’aliénation de l’être humain

J’ai découvert Pierre Rabhi lors d’une conférence TedX au mois de Novembre 2011. Je vous invite forcément à chercher cette conférence sur Google pour voir à quel point ce sympathique monsieur est un visionnaire. Alors je ne vais pas étayer ses thèses sur « l’Oasis en tous lieux » mais faire un aparté sur une autre thèse développée par M. Rabhi : celle qui consiste à penser que nous vivons enfermé dans une boite. Boite dans laquelle la société nous a rangé et dans laquelle il est confortable de ne jamais sortir.

La vraie question posée par Pierre Rabhi et qui a conditionné sa vie (et qui pourrait conditionner la votre) est : Voulons-nous subir cette incarcération à vie ou voulons-nous ne pas être déterminé par ce que l’on nous impose ?

Si vous avez encore des doutes sur la réponse, prenez le temps de lister ce qui vous a été imposé tout au long de votre vie.

Il ne s’agit évidemment pas de décider de vivre de façon anarchique car toute bonne société est régie par des lois pour ne pas que ce soit un grand foutoir, mais dans cette liste vous trouverez ce qu’on vous a appris, à tort ou à raison, durant votre enfance, les peurs qu’on vous a imposé (souvent via les médias ou quand cela arrangeaient nos dirigeants politiques), le métier qu’on vous a imposé parce que le système scolaire range les élèves dans des catégories en fonction de ses capacités et non en fonction de ses envies.

A longueur de journée, à travers des publicités, des fausses nouvelles (bonnes ou alarmantes) commandées par des grandes entreprises, du placement de produit, on nous impose un mode de consommation de masse. Aujourd’hui, l’être humain veut se démarquer en étant toujours à la pointe de la technologique. En faisant cela, il fait partie de la masse. Celle qui consomme tout et n’importe quoi. Des petits produits fabriqués à petit prix dans des pays asiatiques et revendus très chers à des consommateurs aliénés.

Je ne critique pas. Je fais partie des moutons. Pour tout vous dire : j’ai mis du temps à comprendre le prix humain d’un gadget qui nous rend totalement dépendant à cette société de sur-consommation. Et j’ai encore du mal à m’en séparer.

Pierre Rabhi nous invite donc ainsi à entrer dans une société de « modération », ce qui me semble être une pas trop mauvaise idée. Et moi je vous invite à chercher ce grand monsieur sur Google ou à acheter ses livres.

Comment avoir confiance en soi

Se sentir bien dans sa peau en toute circonstance est un trait de caractère que peu d’hommes peuvent se targuer d’avoir. Quotidiennement, nous sommes tous confrontés à des difficultés et des situations qui nous échappent. Comment dans ce cas améliorer sa confiance en soi qui constitue une qualité indispensable pour réussir dans tout ce vous entreprenez ?

4 actions clés à entreprendre pour développer sa confiance en soi

Manquer de confiance en soi peut dévaloriser votre personnalité auprès de vos interlocuteurs. Par contre, avoir un excès d’estime en soi peut vous faire passer pour une personne d’arrogant. Il faut donc un juste milieu pour rester zen face aux défis qui se présentent à vous.
La confiance en soi sur le plan professionnel vous permet d’affirmer vos idées, de vous fixer un objectif et de les atteindre quel que soit les obstacles. Elle répond aussi bien pour votre vie sentimentale que pour votre bien-être, vous êtes moins sujet au stress et à des dépressions qui sont néfastes pour une pleine maîtrise en soi.

La reconnaissance de votre potentiel
Le doute est un frein qui n’est que la résultante de vos craintes et des situations négatives que vous avez traversées. Vous avez pour objectif de vous lancer dans un projet porteur, mais concurrentiel ? Ayez pleinement confiance en vos potentialités et reconnaissez en vous des qualités en allant au-delà des limites que vous vous êtes imposées.

Mettez-vous à l’action et agissez
Vous vous inquiétez d’échouer et de craindre le regard des autres sur vous ? Beaucoup vous disent que vous n’y arriverez pas parce que c’est impossible ? Faite fi de ces remarques et de ces pensées qui vous submergent et passez à l’action. Nombreuses sont des personnes qui ont réussi alors qu’on leur prédisait la catastrophe. N’ayez pas peur de l’échec et ne vous inquiétez pas de réussir ou pas, agissez !

Arrêtez de vous torturer
Lorsqu’on manque d’estime en soi, on est confronté à une dépréciation de ses valeurs et de ses potentialités. On se conforte dans une situation précaire en se disant qu’il est impossible de s’en sortir. Bien sûr que tout est possible, évitez de développer cette croyance en vous. Prenons un exemple : vous avez des capacités académiques pour un meilleur travail, mais vous postulez à un niveau bien inférieur au vôtre. Vous entretenez là un manque de confiance en vous parce que vous vous dites ne pas avoir les capacités de faire face aux exigences d’un poste de responsabilité de niveau supérieur.

Regardez le verre à moitié plein et non à moitié vide
Avoir confiance en soi consiste essentiellement à modifier son point de vue sur sa propre personnalité et ses capacités à pouvoir faire face aux difficultés de la vie professionnelle et sociale. Nous avons plus pour habitude :
• Nous remarquons nos défauts plus que nos qualités
• Nous remarquons nos lacunes plus que nos talents
• Nous remarquons nos échecs plus que nos réussites
Si nous prenons un peu de temps pour mieux valoriser nos qualités, nos talents et nos réussites, nous verrons que nous avons des capacités que nous ne soupçonnions même pas. On ne se mesure pas à ses échecs ou ses défauts, chacun possède en lui des qualités et ce sont elles qui doivent être valorisées pour éviter de voir le verre à moitié vide, mais plutôt à moitié plein.

Ayez véritablement confiance en vous, c’est la clé pour faire face aux situations imprévues. Grâce à elle, vous développez votre estime et vous reconnaissez vos talents en les mettant en valeur.

Tout savoir sur l’hypnose


L’hypnose est un science qui intrigue depuis la nuit des temps mais c’est surtout une technique trop souvent méprisée et critiquée. Remise au gout du jour par la série « Mentalist » (avec le sexy Simon Baker) et, pour ceux qui sont habitués aux émissions de télé-réalité, par Bastien, le « mentaliste » de l’émission Secret Story, l’hypnose est pourtant une thérapie qui s’avère utile dans bien des domaines.

Tout d’abord commençons par chasser les idées reçues sur l’hypnose:

Continuer la lecture de Tout savoir sur l’hypnose